L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Formation

Nous avons rédigé une centaine de dossiers pour vous initier aux règles fondamentales de l’investissement en Bourse. Ces dossiers ont une vocation explicative, mais pas de documentation technique parfaitement actualisée. Ils sont actualisés régulièrement, mais peuvent comprendre des simplifications, des raccourcis pédagogiques ou des exemples qui n’ont pas été actualisés. Les actualités en bas de page vous permettront généralement de les actualiser.Merci de lire la page d’avertissement avant d’utiliser ces dossiers pédagogiques.

Wall Street : Influence sur Paris » Puissance
Noter ce cours :
A. La première économie mondiale

1. Locomotive de l'économie mondiale

La hausse de Wall Street ne tient pas au hasard :

  • Une croissance économique soutenue particulièrement longue,
  • Un assainissement des finances publiques,
  • Une situation de plein emploi,
  • Une mutation profonde du pays à travers la "nouvelle économie" (commerce électronique, Internet).

Pour Wall Street, ce succès se mesure à la progression du Nasdaq et du nombre de valeurs qui le composent. La montée de Wall Street et le fort développement des stocks options a favorisé l'émergence des "nouvelles technologies" aux Etats-Unis.

2. Un risque politique faible

Le succès de Wall Street repose beaucoup sur un risque politique faible :  il s'agit d'une démocratie multi-séculaire ayant connu de nombreuses alternances politiques.

3. Des multinationales

Les États-Unis comptent 128 entreprises dans le top 500 mondial 2015.

Si les Etats-Unis conservent deux des dix premières places au classement 2015. Le nombre d’entreprises américaines présentes dans la liste est tombé à 128.

Wall Street valorise l'internationalisation des firmes américaines largement implantées dans le monde. La moitié des revenus des sociétés du S&P 500 proviendrait des opérations étrangères des multinationales.

4. Un acteur au cœur des bulles spéculatives

Ce marché n'est pourtant pas exempt de risques. A Wall Street comme ailleurs, nombreux sont les acteurs qui recherchent des placements permettant de dépasser la rentabilité de l'indice de référence. Pour ce faire, ils n'hésitent pas à utiliser l'effet de levier mettant ainsi en jeu des capitaux gigantesques.

Exemple :

L'affaire du fonds à risque LTCM sauvé de la faillite par la Federal Reserve américaine démontre bien ces risques. Ce hedge fund doté de 5 milliards de dollars de capital intervenait sur 125 milliards de positions directes grâce à de l'argent emprunté. Le faible pourcentage de couverture de ses positions l'exposait pleinement en cas de stratégie d'investissement erronée.

B. L'importance du dollar

1. … dans les réserves de change

Que ce soit dans les réserves officielles de change des banques centrales, dans la facturation des échanges commerciaux ou sur les marchés financiers, le dollar reste dominant. Il est utilisée dans 3/4 des échanges des banques centrales à travers le monde.

Autre exemple, dans le portefeuille des valeurs étrangères des compagnies d'assurance japonaises, 3/4 des titres sont libellés en dollar contre 1/4 seulement en euro.

2. … dans les échanges mondiaux

Sur le plan commercial, le dollar reste cependant la devise la plus utilisée : plus de la moitié des exportations mondiales sont payées en dollar. Le billet vert bénéficie toujours d'une position privilégiée pour le commerce des biens militaires et des matières premières, mais son leadership est de plus en plus remis en cause, surtout en temps de crise.

Un dollar fort est le signe de la vitalité de l'économie des Etats-Unis ; c'est aussi une arme à disposition des investisseurs américains pour acheter des titres étrangers.

Depuis le début de la crise financière, le cours du dollar n'a cessé de baisser pour s'établir en 2016 à environ 1$ = 1,15€.