L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 20 sept. 2012
Auteur: Y B
Noter cette article :

L'Autorité des marchés financiers a publié l'intervention de Gérard Rameix, son Président, lors du séminaire organisé conjointement avec NYSE-EURONEXTsur le thème « La Bourse et les PME ».

Introduction :

Je tiens à remercier chaleureusement Christophe Clergeau d’avoir accepté d’être le premier orateur de ce séminaire. Il nous a dressé avec précision et brio un panorama des solutions de financement offertes par la région des Pays de la Loire pour permettre aux PME et aux Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) de réaliser leurs projets de développement économique et financier aussi bien en matière de prêts et subventions que via le lancement de fonds d’investissements et la préparation de nouveaux projets. Les PME et les ETI sont en effet des acteurs incontournables de l’économie. Il n’aura échappé à personne qu’elles ont fait la preuve de leurs capacités de résistance et d’innovation dans un contexte de forte crise économique et financière.

Tout comme mon prédécesseur, je place au premier rang de mes priorités tout ce que l’AMF peut faire pour concourir au financement de l’économie et donc au service de la croissance et de l’emploi. Or cette croissance proviendra d’abord des PME et des ETI qui créent une part significative de la richesse et de l’emploi. Leur financement représente donc un enjeu majeur.

Nous le savons, le financement des PME et ETI est aujourd’hui contraint par des facteurs conjoncturels et structurels. La crise conduit les créanciers à accroître leurs exigences de fonds propres et les nouvelles règles prudentielles de gestion des risques - Bâle III et Solvency II – risquent de rendre les banques plus sélectives dans l’octroi de crédits aux entreprises. Or le financement des PME-ETI est aujourd’hui bancaire à hauteur d’au moins 80 %. Il est donc nécessaire de gérer la transition vers un modèle plus diversifié, dans lequel le marché doit trouver toute sa place. La levée de capitaux en bourse constitue en effet une source de financement complémentaire. Elle permet d’étoffer le financement de ces entreprises et peut aussi contribuer à asseoir leur crédibilité auprès des banques. Les modes de financement traditionnels et le marché sont donc intimement liés.

Les trois dernières années ont été fertiles aussi bien en réformes, qu’en création de nouveaux outils de financement et en production de rapports.
Je souhaite donc profiter de l’occasion qui m’est donnée d’ouvrir ce séminaire pour faire un point d’étape sur les efforts fournis en faveur de l’accès des PME et ETI aux marchés tant au plan national qu’européen.

J’envisagerai ensuite les actions à mener en vue de favoriser le développement d’un système propice à la cotation des valeurs moyennes et petites. Pour cela, il ne faut pas avoir peur de faire « bouger les lignes ». C’est ce que nous avions souhaité dans le rapport que j’ai co-rédigé avec Thierry Giami lorsque j’étais Médiateur du crédit.

Télécharger le document

Lien de secours