L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 3 juin 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
BoE.png

La Banque d'Angleterre (BoE) vient de publier un avis pour  mettre  à jour ses critères d'éligibilité au Corporate Bond Purchase Scheme (CBPS) afin de laisser à la BoE le pouvoir discrétionnaire d'inclure des titres admis sur des plateformes de négociation multilatérales exploitées par des bourses reconnues réglementées en l'espace économique européen (EEE). Ces critères mis à jour permettent à la BoE d’intégrer dans son CBPS les titres admis au Marché international  de Londres des valeurs mobilières  de la Bourse de Londres (London Stock Exchange’s International Securities Market-ISM) .

Les titres admis sur le marché principal de la Bourse de Londres sont déjà éligibles pour être inclus dans le CBPS, s'ils répondent aux critères pertinents. L'ISM de la Bourse de Londres est un marché réglementé en bourse pour les émetteurs de dette. Il offre aux émetteurs de titres destinés aux investisseurs professionnels avec  les avantages de la vaste expérience de Londres en tant que place financière mondiale, tout en offrant un processus d’admission efficace et personnalisé conformément à son règlement innovant, commente la BoE.

L’ISM fonctionne selon son propre livre de règles, qui contient des informations spécifiques sur la sécurité et des dérogations communes intégrées dans les règles. Le règlement contient également des dispositions innovantes et uniques, y compris l'incorporation par renvoi d'informations financières courantes ou d'informations privilégiées devant être rendues publiques en vertu du règlement sur les abus de marché.

Notons qu’en mai 2020, l’ISM héberge plus de 160 titres de 58 émetteurs, levant plus de 45 milliards de livres sterling sur 16  devises.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 3 juin 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
IMAGE AMF 3.png

 

l’Autorité des marchés financiers (AMF) , l’AFG, le Trésor, la Direction générale du Travail et La Finance pour tous. Les bénéficiaires souhaiteraient toutefois davantage d’accompagnement, par exemple dans le choix des supports d’investissement. Cette enquête, précise l’AMF,  a été réalisée auprès de 1.002 salariés en février 2020 pour les partenaires de la Semaine de l’épargne salariale, dont la quatrième édition, qui devait se tenir du 23 au 27 mars, a dû être annulée dans le contexte de la crise sanitaire liée au Covid-19 et des mesures de confinement.

Un peu plus de quatre salariés sur dix (43 %) déclarent détenir au moins un dispositif d’épargne salariale. Le plan d’épargne entreprise (PEE) est le plus connu et le plus répandu, devant le plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) et les actions ou stock-options de son entreprise. L’épargne salariale demeure plus développée dans les grandes entreprises : 58 % des salariés de structures de plus de 500 personnes affirment détenir au moins un de ces dispositifs, à comparer à 25 % dans les entreprises de moins de 50 salariés.

Plus de la moitié des salariés (51 %) ont reçu une prime de participation ou d’intéressement ou ont bénéficié d’un abondement, au cours des douze derniers mois(2). Cette proportion grimpe à 70 % dans les groupes de plus de 500 employés, contre 32 % pour les sociétés de 10 à 49 salariés. L’intéressement et la participation sont perçus par 86 % des salariés sondés comme « très » ou « plutôt intéressants ».

 Les bénéficiaires de dispositifs d’épargne salariale sont 78 % à s’en déclarer « plutôt » ou « très satisfaits ». Ils sont 72 % à les considérer « faciles à gérer » et 64 % à les juger « rentables ». Parmi leurs attentes : des démarches simplifiées, davantage de clarté, d’information et d’accompagnement.

Les primes sont le plus souvent placées : si 20 % des salariés bénéficiaires déclarent préférer les percevoir immédiatement de manière générale, 60 % les placent intégralement sur leur plan d’épargne entreprise ou retraite, 11 % en placent une partie et les autres varient selon les années. Ils sont 30 % à effectuer en plus des versements volontaires sur leur plan d’épargne salariale.

Concernant les nouveautés instaurées par la loi PACTE, 41 % des salariés interrogés sont au courant de la création du Plan d’épargne retraite (PER), commercialisé depuis le 1er octobre 2019, et 36 % de la possibilité de déblocage anticipé du PER pour l’achat de la résidence principale.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 2 juin 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

 

L'Autorité bancaire européenne (EBA) a publié  ses lignes directrices sur la déclaration et la divulgation des expositions soumises à des mesures ciblées  en réponse à la crise du COVID-19. Ces lignes directrices suivent la mise en œuvre d'un large éventail de mesures, telles que les moratoires législatifs sur le remboursement des prêts et les garanties publiques dans les États membres, dans le but de soutenir les défis opérationnels et de liquidité auxquels sont confrontés les emprunteurs.

Les lignes directrices ont été élaborées pour combler les lacunes en matière de données associées à ces mesures afin de garantir une compréhension appropriée du profil de risque des établissements et de la qualité des actifs dans leurs bilans, tant pour les autorités de contrôle que pour le grand public, commente l’EBA. Depuis le début de la crise du COVID-19, les gouvernements nationaux et les organes de l'UE ont pris des mesures pour faire face et atténuer l'impact économique systémique négatif de la pandémie sur le secteur bancaire de l'UE.

En particulier, l'EBA  s'efforce de clarifier aux institutions financières  l'application des mesures prudentielles et de surveillance pour soutenir les prêts dans l'économie réelle. Dans le contexte de la crise du COVID-19, les mesures introduites par les autorités du secteur bancaire de l'UE ont engendré des lacunes dans les données en matière de communication d'informations et de divulgation prudentielles.

Bien que les mesures soient conçues pour assurer un soutien aux citoyens et aux entreprises de l'UE pendant la crise, les régulateurs et les autorités de surveillance ont toujours la responsabilité de veiller à ce que les informations soient disponibles pour surveiller et comprendre les risques associés aux activités des banques, note l’EBA.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 2 juin 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
SEC.jpg

 

La Securities and Exchange Commission (SEC)  a annoncé  que la société Ares Management LLC, une société de capital-investissement basée à Los Angeles et conseillère en investissement enregistrée, a accepté de payer un million de dollars,en réponse au accusations que la société  n'a pas mis en œuvre et appliquer les politiques et procédures raisonnablement conçues pour empêcher l’utilisation abusive d'informations  confidentielles  importantes.

L’ordonnance de la SEC constate qu’en 2016, Ares a investi plusieurs centaines de millions de dollars dans une société cotée par le biais d’un prêt et d’une prise de participation qui a permis à Ares de nommer un cadre supérieur au conseil d’administration de la société. L’ordonnance conclut que les politiques de conformité d’Ares n’ont pas tenu compte des circonstances particulières présentées par le fait qu’un employé siège au conseil d’administration de la société de portefeuille alors que cet employé a continué de participer aux décisions de négociation concernant la société de portefeuille.

Selon l'ordonnance, Ares a obtenu des informations non publiques importantes sur la société, y compris par le biais du représentant d'Ares au conseil d'administration de la société, concernant les changements de direction, les ajustements à la stratégie de couverture de la société et les décisions concernant la dette et les actifs de la société. Et des paiements d'intérêts. Après avoir reçu ces informations, Ares a acheté plus d'un million d'actions ordinaires de la société, soit 17% des actions accessibles au public.

L'ordonnance conclut qu'Ares n'a pas exigé de son équipe chargée de la conformité, avant d'approuver les opérations, de se renseigner suffisamment et se documenter pour savoir  si le représentant du conseil d'administration et les membres de son équipe Ares possédaient des informations importantes et confidentielles  concernant la société en portefeuille.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 1 juin 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
FINRA.jpg

La FINRA a annoncé qu'elle avait ordonné à la société  Stifel, Nicolaus & Company, Incorporated de payer environ 1,9 million de dollars en restitution, majoré des intérêts, à plus de 1700 clients dans le cadre de transferts anticipés de Unit Investment Trusts (UIT)n ou Fiducie d'investissement participation unitaire. La FINRA a également infligé une amende de 1,75 million de dollars à la firme pour avoir fourni des informations inexactes à ses clients concernant les frais de roulement encourus et pour des infractions à la surveillance.

Rappelons  qu’un  UIT est une société d'investissement qui propose aux investisseurs des actions, ou «parts», dans un portefeuille fixe de titres dans le cadre d'une offre publique unique qui se termine à une date d'échéance spécifique, souvent après 15 ou 24 mois. Les UIT sont généralement conçus comme des investissements à long terme et ont des frais de vente en fonction de leur nature à long terme, y compris des frais de vente initiaux et différés et des frais de création et de développement. Un représentant inscrit qui recommande qu'un client vende sa position UIT avant la date d'échéance, puis «reconduit» ces fonds dans un nouvel UIT, fait supporter au client des frais de vente accrus au fil du temps, ce qui soulève des problèmes d'adéquation.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 29 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
SEC.jpg

 

La Securities and Exchange Commission  (SEC) a annoncé l’inculpation de  la société de services de blockchain BitClave PTE Ltd, dont le siège est à San Jose, en Californie, pour avoir mené une offre initiale non enregistrée  de titres d'actifs numériques (ICO). BitClave a accepté de régler les frais en retournant le produit de l'offre et en versant une somme  supplémentaire à distribuer aux investisseurs via un fonds équitable.

Selon l'ordonnance de la SEC, de juin à novembre 2017, BitClave a levé plus de 25 millions de dollars en vendant ses jetons d'activité aux consommateurs  (Consumer Activity Tokens -CAT) à environ 9500 investisseurs, y compris des investisseurs aux États-Unis. L'ordonnance constate que, comme expliqué dans son offre, BitClave a prévu d'utiliser le produit de l'ICO pour développer, administrer et commercialiser une plateforme de recherche basée sur la blockchain pour la publicité ciblée destinée aux consommateurs. BitClave a souligné qu'il s'attendait à ce que les jetons augmentent en valeur et a pris des mesures pour rendre les jetons disponibles à la négociation sur des plateformes tierces de négociation d'actifs numériques après l'ICO.

L'ordonnance  de la SEC conclut que BitClave n'a pas enregistré leurs offres et ventes de CAT, qui constituaient des titres.  Ces jetons ont  depuis été supprimé de la plupart des plateformes de trading tierces, et BitClave est en train de mettre fin à ses opérations et ne prévoit pas de continuer à développer ou à prendre en charge la plateforme.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 28 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ( FINMA)  a octroyé à BX Swiss SA et SIX Exchange Regulation SA l’agrément nécessaire pour agir comme organes de contrôle des prospectus au 1er juin 2020. Ces organes de contrôle examinent et approuvent les prospectus relatifs aux offres au public de valeurs mobilières. La publication de prospectus approuvés est obligatoire à partir du 1er décembre 2020.

La FINMA a octroyé à BX Swiss SA et SIX Exchange Regulation SA l’agrément nécessaire pour agir comme organes de contrôle des prospectus au 1er juin 2020. Selon la loi sur les services financiers (LSFin), les organes de contrôle réglementés ont la tâche de vérifier quant à leur intégralité, cohérence et clarté puis d’approuver les prospectus devant être publiés dans le cadre d’une offre au public de valeurs mobilières ou d’une demande d’admission de valeurs mobilières destinées à la négociation auprès d’une bourse. Pour ce faire, une qualité uniforme et appropriée des prospectus doit être garantie. Les deux organes de contrôle aujourd’hui approuvés disposent déjà d’une certaine expérience dans l’examen de prospectus dans le cadre d’agrément de valeurs mobilières destinées à la négociation en Bourse.

Les organes de contrôles ont besoin d’être agréés par la FINMA, rappelle cette dernière.  Cependant, notre-t-elle, une fois cet agrément obtenu, la FINMA n’exerce plus de surveillance prudentielle sur ces organes de contrôle. Conformément à la loi, la compétence de vérifier les prospectus revient exclusivement aux organes de contrôle. Ceux-ci doivent cependant annoncer à la FINMA tout changement important et lui transmettre tous les ans un rapport d’activité.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 28 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

 

L'Autorité bancaire européenne (EBA) a publié  un avis à la suite de la notification par l'autorité macroprudentielle française, le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), de son intention de proroger une mesure introduite en 2018 sur l'utilisation de l'article 458, paragraphe 9, du le règlement sur les exigences de fonds propres (Capital Requirements Regulation -CRR) afin de protéger les établissements contre une prise de risque excessive et d'empêcher l'accumulation de vulnérabilités futures.

La mesure vise à resserrer, pour les institutions françaises mondiales ou d'autres institutions d'importance systémique, les limites d'exposition élevée applicables aux grandes sociétés non financières (SNF) fortement endettées résidant en France ou aux groupes de NFC connectés évalués comme étant fortement endettés et basés en France. Sur la base des éléments de preuve présentés, l'EBA  ne s'oppose pas à la prorogation de la mesure proposée, qui sera appliquée du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021. En particulier, avec l'application de cette mesure, les établissements français d'importance systémique n'encourront pas une exposition supérieure à 5% de leur capital éligible pour les SNF ou pour les groupes de SNF connectés jugés très endettés.

La limite de 5% servira de filet de sécurité pour protéger ces institutions contre la prise de risques excessive et empêcher l'accumulation de vulnérabilités futures. Dans son avis, adressé au Conseil, à la Commission européenne et aux autorités françaises, l'EBA reconnaît que l'objectif de limitation des niveaux d'endettement des grandes SNF françaises déjà endettées est approprié en vue de promouvoir la stabilité financière et de prévenir de futurs chocs systémiques aux économies française et européenne.

L'EBA encourage également les autorités françaises à suivre de près l'évolution de la pandémie de COVID-19 et à être prêtes à désactiver rapidement la mesure si elle entraîne des conséquences imprévues.

 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 27 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
ESMA%20logo.jpg

 

L'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a publié  un rapport thématique sur la notation des obligations de prêt garanties (Collateralised Loan Obligations -CLO) dans l'Union européenne.

Le rapport donne un aperçu des pratiques de notation CLO et identifie les principales préoccupations prudentielles et les risques à moyen terme de cette classe d'actifs, ce qui comprend,  l'organisation interne des agences de notation de crédit (ARC), leurs interactions avec le CLO émetteurs, les risques opérationnels, influence commerciale sur le processus de notation et la  nécessité d’une analyse spécifique pour les CLO.

Le rapport souligne également l'impact que COVID-19 peut avoir sur les méthodologies CLO. L’ESMA s'attend à ce que les agences de notation continuent à effectuer régulièrement des simulations de tests de résistance et fournissement  aux acteurs du marché  des informations détaillées sur la sensibilité des notations de crédit CLO aux variables économiques  clés  affectées par la pandémie.

Télécharger le document

Date de publication: 27 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
ESMA%20logo.jpg

 

L'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a publié  un rapport thématique sur la notation des obligations de prêt garanties (Collateralised Loan Obligations -CLO) dans l'Union européenne.

Le rapport donne un aperçu des pratiques de notation CLO et identifie les principales préoccupations prudentielles et les risques à moyen terme de cette classe d'actifs, ce qui comprend,  l'organisation interne des agences de notation de crédit (ARC), leurs interactions avec le CLO émetteurs, les risques opérationnels, influence commerciale sur le processus de notation et la  nécessité d’une analyse spécifique pour les CLO.

Le rapport souligne également l'impact que COVID-19 peut avoir sur les méthodologies CLO. L’ESMA s'attend à ce que les agences de notation continuent à effectuer régulièrement des simulations de tests de résistance et fournissement  aux acteurs du marché  des informations détaillées sur la sensibilité des notations de crédit CLO aux variables économiques  clés  affectées par la pandémie.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 27 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
FFA-LOGO.jpg

La Fédération Française de l’Assurance (FFA) a fait savoir que le dispositif national d'assistance aux victimes Cybermalveillance.gouv.fr lance le label ExpertCyber destiné à valoriser les professionnels en sécurité numérique ayant démontré un niveau d’expertise technique et de transparence dans les domaines de l’assistance et de l’accompagnement de leurs clients. Il a été développé en partenariat avec les principaux syndicats professionnels du secteur (Fédération EBEN, Cinov Numérique, Syntec Numérique), la Fédération Française de l’Assurance et le soutien de l’AFNOR.

La FFA rappelle,  en effet participé au groupe de travail à l'origine de la création de ce label qui, en reconnaissant l’expertise numérique des professionnels, garantit un accompagnement de qualité et offre une meilleure lisibilité des prestations et services aux victimes.

Le label ExpertCyber permettra notamment aux entreprises, et particulièrement aux TPE et PME, d'identifier facilement les spécialistes en sécurité numérique et ainsi de mieux se protéger contre les cyberattaques.

Toutes les informations concernant les domaines de compétences couverts par le label et les critères d'éligibilité à la labellisation pour les entreprises informatiques sont disponibles sur la plateforme www.expertcyber.fr, note la FFA.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 26 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
IMAGE AMF 3.png

 

Dans le cadre de sa mission de surveillance du bon fonctionnement des marchés et alors que la Commission européenne a commencé ses consultations en vue d’une réforme du cadre réglementaire de MIF2, le régulateur a souhaité examiner le rôle des internalisateurs systématiques sur le marché français des actions. Il ressort de ses travaux, publiés ce jour, que leur apport à la transparence sur les intérêts à l’achat et à la vente dans le marché est limité, note l’AMF.

 Née de la première directive Marchés d’instruments financiers (MIF1), l’internalisation systématique ou la possibilité pour les entreprises d’investissement d’exécuter les ordres de leurs clients face à leur compte propre et non sur les plateformes traditionnelles a été confirmée avec MIF2. Depuis le 3 janvier 2018, les prestataires de services d’investissement ont, en effet, l’obligation de négocier les actions sur des marchés réglementés, des systèmes multilatéraux de négociation ou sur des internalisateurs systématiques. Alors que la Commission européenne a commencé ses consultations en vue d’une réforme technique de MIF2, l’AMF  a donc  souhaité examiner plus en détail le rôle de ces internalisateurs systématiques sur la structure du marché français.

Dans son étude, le régulateur dresse le panorama des internalisateurs systématiques présents sur le marché français, au nombre de 36, qui peuvent être soit des banques d’investissement soit des apporteurs de liquidité électroniques à haute fréquence. Sur le premier trimestre 2020, selon les mois, ils ont représenté entre 15 et 20 % des montants échangés sur les actions françaises.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 25 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

 

Consciente des difficultés rencontrées par les sociétés dans le contexte d’épidémie du coronavirus et déterminée à les accompagner au mieux dans cette période, l’Autorité des marchés financiers (l’AMF) a détaillé sur son site quelques éléments clés pour aborder la présentation des rapports financiers semestriels et la communication qui l’accompagne.

Dans un contexte marqué par de fortes incertitudes sur les conséquences, la durée et l’intensité des effets de l’épidémie de coronavirus sur l’économie et l’activité des sociétés cotées, l’information donnée par les émetteurs aux investisseurs est essentielle pour maintenir la confiance et assurer une bonne formation des prix sur le marché, souligne l’AMF : elle doit être fiable, spécifique et aussi détaillée que possible. A cet égard, la publication des comptes semestriels constitue une échéance décisive, note l’autorité de surveillance.

Dans les circonstances actuelles, il est essentiel que l’information financière semestrielle permette aux investisseurs d’appréhender au mieux la situation et la performance financières des sociétés. Les investisseurs ont particulièrement besoin d’informations prospectives, notamment sur la situation de liquidité et les besoins financiers.

 Pour aider les entreprises à préparer ce rendez-vous, l’AMF a souhaité rappeler quelques principes utiles sur son site internet. Cette publication, rappelle-t-elle,  accompagne la communication de l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) qui  a été adaptée au contexte français. Elle aborde ainsi les points suivants :

 •les informations dans les états financiers intermédiaires et le rapport de gestion, comme le recours à des jugements et hypothèses significatifs ou encore les informations attendues par les marchés sur les risques financiers (par exemple des renégociations de dette ou de nouveaux financements) ;

•le communiqué sur les résultats et les indicateurs de performance ;

 •la présentation des états financiers ;

•la continuité d’exploitation ;

 •les tests de dépréciation ;

•les contrats de location.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 25 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
FCA.png

La  proposition  avancée par la Financial Conduct Authority décrit les options que les entreprises devront fournir aux clients qui arrivent à la fin d'un délai de paiement, ainsi qu'à ceux qui ne l'ont pas encore demandé. Pour les clients qui n'ont pas encore demandé de délai de paiement, le délai pour en demander un serait prolongé jusqu'au 31 octobre 2020. Pour ceux qui rencontrent encore des difficultés de paiement temporaires en raison d'un coronavirus, les entreprises devraient continuer à offrir une assistance, ce qui pourrait inclure la prolongation d'un délai de paiement de trois mois supplémentaires.

La FCA , en conséquence, avance les propositions suivantes :

-Les clients qui peuvent se permettre de revenir au remboursement intégral doivent le faire dans les conditions qui préservent au mieux leurs intérêt ;

- à la fin d'un congé de paiement, les entreprises doivent contacter leurs clients pour savoir si elles peuvent reprendre les paiements et, dans l'affirmative, convenir d'un plan sur la façon dont les paiements manqués sera remboursé.

Quiconque continue d'avoir besoin d'aide obtient de l'aide, poursuit la FCA :

- les prêteurs devraient continuer à soutenir les clients qui ont déjà eu un congé de paiement là où ils ont besoin d'aide. Les entreprises devraient s'engager avec leurs clients et découvrir ce qu'elles peuvent rembourser et, pour celles qui restent en difficulté financière temporaire, offrir un soutien supplémentaire. Dans ce cadre, les entreprises devraient envisager un nouveau congé de paiement de trois mois. Prolonger la période de disponibilité du programme pour les personnes susceptibles d'être -affectées à une date ultérieure

- les clients qui n'ont pas encore eu de congé de paiement et qui éprouvent des difficultés financières pourront en demander un jusqu'au 31 octobre 2020.

Garder un toit au-dessus de la tête des gens pendant une crise de santé publique

- l'interdiction actuelle des reprises de possession de logements sera maintenue jusqu'au 31 octobre 2020. Cela garantira que les gens seront en mesure de se conformer à la politique du gouvernement de s'isoler s'ils en ont besoin.

Les délais  de paiement et les congés de paiement partiels proposés dans le cadre de ces orientations ne devraient pas avoir d'incidence négative sur les dossiers de crédit. Cependant, note la FCA, les consommateurs doivent se rappeler que les dossiers de crédit ne sont pas la seule source d'informations que les prêteurs peuvent utiliser pour évaluer la solvabilité. Ces directives n'empêcheraient pas les entreprises de fournir des formes d'aide plus favorables au client, telles que la réduction ou la suppression des intérêts, ajoute l’autorité britannique.

Télécharger le document

Date de publication: 22 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
IMAGE AMF 3.png

 

Plus de deux ans après l’entrée en application du cadre réglementaire européen des marchés d’instruments financiers MIF2, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a évalué dans une étude les effets des mesures de transparence introduites sur le marché obligataire concernant les conditions d’accès et l’utilisation par les intervenants de marché de données sur les transactions.

Depuis le 3 janvier 2018, les obligations de transparence sur les données de transactions ont été étendues, au-delà des actions, aux instruments assimilées aux actions (comme les fonds cotés sur indices ou exchange traded funds ou aux certificats par exemple) mais également à d’autres instruments, dont les obligations, rappelle l’AMF.  Ces informations, qui portent notamment sur les volumes, les prix et l’heure de conclusion des transactions, doivent être publiées, que les transactions aient lieu sur une plateforme de négociation ou qu’elles soient effectuées de gré à gré, dans des délais imposés et via des dispositifs de publication agréés.

Dans le cadre de sa mission de surveillance du bon fonctionnement des marchés et alors que la Commission européenne a commencé ses consultations en vue d’une réforme de MIF2, le régulateur a donc  souhaité examiner les effets de cette transparence post-négociation sur le marché obligataire. Il ressort de son analyse, menée sur le périmètre des titres de dette émis par des sociétés françaises, que la transparence des transactions est aujourd’hui encore insuffisamment accessible, fiable et complète pour que les investisseurs puissent l’exploiter réellement, commente l’AMF.

 En effet, l’autorité de contrôle, la transparence est fragmentée entre de nombreuses sources : une douzaine de plateformes, auxquelles il faut ajouter de nombreux dispositifs de publication agréés (approved publication arrangements ou APA) pour les transactions réalisées de gré à gré. Or les fournisseurs de données ne proposent pas, à ce jour, de vision consolidée de l’ensemble. Selon les moyens à leur disposition, les intervenants n’ont donc pas toujours une vision exhaustive du marché. De plus, l’accès à ces données demeure difficile pour les intervenants, certains services de publication ne remplissant pas encore l’intégralité des critères définis par l’Autorité européenne des marchés financiers (ou ESMA) en termes d’accessibilité.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 20 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

Cette nouvelle communication de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA)   adapte les délais de divers assouplissements déjà octroyés et précise le calcul du ratio de financement NSFR (Net Stable Funding Ratio) . Par la communication sur la surveillance 06/2020 du 19 mai 2020, la FINMA adapte les délais de divers assouplissements déjà octroyés, précise cette dernière.

Les clients continuent à garder des dépôts en espèces inhabituellement élevés auprès de banques suisses. La FINMA prolonge donc pour cette raison les assouplissements concernant le calcul du ratio d’endettement (exception pour les créances sur les banques centrales) pour toutes les banques, et ce, jusqu’au 1er janvier 2021 (à la place du 1er juillet 2020 initialement prévu). Comme il n’est plus fait largement recours aux assouplissements concernant la répartition des risques pour les banques, ceux-ci ne sont pas prolongés. Les établissements peuvent cependant demander des exemptions spécifiques au cas par cas, commente la FINMA.

 L’assouplissement concernant les risques de marché sera repris dans la future pratique de surveillance.

 Dans le domaine de la lutte contre le blanchiment d'argent, la FINMA a accordé des allègements concernant l’ouverture de nouvelles relations d’affaires. Ceux-ci sont prolongés pour des situations spécifiques, notamment pour les clients étrangers, afin de revenir progressivement au processus normal d’ouverture de nouvelles relations d’affaires. L’autorité fédérale  précise en outre le traitement des échéances des prêts octroyés dans le cadre de la facilité de refinancement COVID-19 (CRF) de la BNS concernant le calcul du ratio de financement (NSFR).

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 19 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

 

L'Autorité bancaire européenne (EBA) a publié  des données 2019 relatives à deux concepts clés de la directive sur les systèmes de garantie des dépôts (Deposit Guarantee Schemes Directive -DGSD): les moyens financiers disponibles et les dépôts garantis (Covered deposits). L'EBA publie ces données chaque année pour améliorer la transparence et la responsabilité publique des systèmes de garantie des dépôts (DGS) dans l'UE au profit des déposants, des marchés, des décideurs politiques, des DGS et des États membres.

Les moyens financiers disponibles sont le montant des fonds levés par les DGS auprès des établissements de crédit, qui seront utilisés principalement pour rembourser les déposants en cas de faillite bancaire. Les données au 31 décembre 2019 montrent que 28 des 37 DGS au total dans les États membres de l'UE ont augmenté leurs fonds depuis le 31 décembre 2018. En général, l'augmentation provient des prélèvements payés par les membres de ces DGS, qui ont été augmentés en afin d'atteindre le niveau cible de 0,8% des dépôts garantis fixé dans la DGSD et à atteindre d'ici juillet 2024.

 Aucune modification significative des moyens financiers disponibles n'est intervenue dans six DGS, y compris dans trois cas où les DGS détiennent déjà plus que le niveau cible minimal de 0,8% des dépôts couverts, note l’EBA.  Le montant des moyens financiers disponibles n'a diminué que pour deux DGS: en Lettonie en raison d'un versement important aux déposants en 2019, et en Norvège où la moitié des moyens financiers disponibles du DGS ont été transférés vers un fonds de résolution distinct. Enfin, il existe également un nouveau SGD en Autriche, qui a pris en charge la protection des dépôts précédemment assurés par quatre régimes distincts.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 18 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
ESMA%20logo.jpg

 

L'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA), a publié une déclaration soutenant les recommandations émises par le conseil général du Comité européen du risque systémique (European Systemic Risk Board -ESRB). Ces recommandations font partie d'un ensemble d'actions pour faire face à l'urgence du coronavirus d'un point de vue macroprudentiel, souligne l’ESMA.

Cette dernière exprime son soutien à la recommandation du ESRB, qui suggère que les autorités compétentes nationales de l'Union européenne, coordonnées par l'ESMA, entreprennent un engagement de surveillance ciblé avec des fonds d'investissement qui ont une exposition importante à des actifs moins liquides, en se concentrant sur la dette des entreprises et l'immobilier.

Dans ce contexte, l'ESMA déclare qu’elle accueille également favorablement la communication publique du ESRB sur l'importance de l'utilisation en temps opportun des outils de gestion de la liquidité par les fonds d'investissement et les assureurs exposés à des actifs moins liquides. L'action du ESRB complète le rôle de coordination en cours de l'ESMA dans ce domaine qui s'est intensifié en réponse à la pandémie de COVID-19. Avec les autorités européennes et les autorités nationales, l'ESMA  rappelle qu’elle  suit l'évolution des marchés financiers et est prête à utiliser ses pouvoirs pour garantir le bon fonctionnement des marchés de l'UE afin qu'ils profitent aux investisseurs et soutiennent la stabilité.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 18 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :
IMAGE AMF 3.png

 

Faisant le constat d’une normalisation progressive des indicateurs de risque du marché français, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a décidé de suspendre la mesure exceptionnelle d’interdiction portant sur la création de positions courtes nettes et l’augmentation de positions courtes nettes existantes. Elle continuera à suivre attentivement les marchés dans leur ensemble, fait-elle savoir.

Considérant que l’épidémie de Coronavirus et les incertitudes entourant ses conséquences sur l’économie représentaient une menace sérieuse pour la confiance des marchés, l’AMF a annoncé le 17 mars dernier sa décision d’interdire pour une période d’un mois toute création d’une position courte nette et toute augmentation d’une position courte nette existante. Compte tenu des circonstances, le régulateur a annoncé le 15 avril la prolongation de cette mesure jusqu’au 18 mai 2020 à minuit

 Dans un marché uniformément orienté à la baisse avec des incertitudes considérables sur l’ampleur future de cette baisse, une montée des ventes à découvert aurait pu avoir une influence pro-cyclique que l’AMF a souhaité éviter en mettant en œuvre cette mesure exceptionnelle, commente cette dernière.  Depuis la mise en place de cette interdiction, le régulateur observe une normalisation progressive. Les marchés ont réduit une partie de leurs pertes et les volumes de transaction et la volatilité sont revenus à des niveaux certes élevés par rapport à mi février, mais qui reflètent les incertitudes des intervenants dans le contexte actuel, constate l’AMF. Observée jusqu’à 84 en clôture le 16 mars, la volatilité est ainsi revenue à un niveau de 30 et le volume quotidien moyen observé sur Euronext est passé de 12 à 4 milliards d’euros pour le CAC 40. Cette normalisation a aussi pu être observée sur les autres marchés ayant fait l’objet d’une interdiction similaire, souligne également l’autorité de surveillance.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 15 mai 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

 

Les banques confirment leur soutien à l'économie, affirme la Fédération bancaire française (FBF) en publiant les premières statistiques sur le Prêt garanti par l’Etat.  Lancé le 25 mars dernier, le prêt garanti par l'Etat  est plébiscité par les entreprises et professionnels. Après 1 mois et demi, on compte plus de 500 000 demandes pour près de 100 milliards €, pour les entreprises et professionnels dont l'activité économique a été impactée par l'épidémie de coronavirus et la période de confinement, souligne ainsi la FBF.

 Le PGE a été mis en place en un temps record par les banques avec les pouvoirs publics, rappelle la FBF,  afin d'apporter la trésorerie nécessaire aux entreprises et activités du territoire (professionnels, entreprises de toutes tailles). Ce défi a été relevé, affirme l’institution professionnelle.  La mobilisation et l'engagement des banquières et banquiers de France n'ont pas faibli pour accompagner leurs clients. Cette demande reçue de 100 Mds € appelle un effort considérable, correspondant, en sept semaines, à 15 mois de production de crédits aux TPE 90% des demandes de PGE viennent de TPE .

Des statistiques détaillées sur les PGE accordés sont publiés chaque semaine par le ministère de l'Economie , note la FBF: 66,5 Mds€ avaient été accordés au 7 mai et ce chiffre augmente tous les jours en ligne avec la demande. De plus, près de 20 Mds€ de reports d'échéance ont été accordés pour 6 mois concernant 1,6 M de crédits préexistants à la crise.

Télécharger le document

Lien de secours